L'instant-poésie
Instant-Poésie 169
(le 2020-03-01 à 07:00)

Voici aujourd'hui une approche du temps du Carême.


Irons-nous au désert
Carême est de saison
Non pas chercher l’enfer
Mais l’Esprit et ses dons

En lieu de grand silence
Et vaste solitude
Pour une renaissance
Au mont sec d’altitude

Là où souffle l’Esprit
Depuis l’aube du monde
Pour en être surpris
Serait-ce une seconde

Là où l’Esprit nous pousse
Et passe à nos côtés
Avec une voix douce
En cette aridité

Il est là près de nous
Mais il faut écouter
Debout ou à genoux
Dans la paix le scruter

Être cœur en guenilles
Et le corps en chemin
Au désert de la ville
Disponible au prochain

Traverser le désert
Ou les rues d’affliction
Après les temps pervers
Vient la Résurrection

PNMA

Illustration
Le volcan El teide . Île de Tenerife (Canaries)

Photo Naudin
Bon temps sous l'impulsion de l'Esprit!

Prochain poème : Mars.
Instant Poésie 168
(le 2020-02-16 à 07:00)

Février semble un mois de contrastes. C'est le thème de ce poème.



Dans l’année deuxième heure
Le mois de février
Regarde les blancheurs
Qu’il fait fondre et briller

Les jours alternent
Du carnaval mardi
Et ses folles lanternes
Au jeûne mercredi

L’humeur au gré du temps
De l’homme ainsi varie
L’air est gris tel se sent
Clarté vient il sourit

Le ciel encor bougonne
De ses pluies de ses vents
Mais Nature bourgeonne
La verdeur espérant

La mer pareille oscille
De ton sombre à luisant
De tempêtes fébriles
En calme apparaissant

Au soleil qui traverse
L’espace raccourci
La lave brute perce
Le névé alangui

PNMA
Illustration
Neve sur le volcan El Teide (3700m) au centre de l'île de Tenerife (Canaries)

PHOTO PNMA
Instant-Poésie 167
(le 2020-02-02 à 07:00)

Un poème pour ce 2 février, fête de la Présentation de Jésus au Temple, "tombant" justement un dimanche cette année-ci.

Deux février s’éclaire
A la fête aux chandelles
A plus longue lumière
Les crêpes le rappellent

Après Noël les mages
Vers Jésus se rendaient
Plus tard au Temple un Sage
Syméon l’attendait

Comme Anne prophétesse
Dans ses vieilles années
Proclamant en liesse
Le Sauveur nouveau-né

Mots de chaude lueur
Telle aux cierges les flammes
Pour l’Enfant en honneur
Présenté à nos âmes

Lumière-Emmanuel
Tu es Révélation
Au peuple d’Israël
A nous tous des nations

La joie que nous rappellent
Crêpes* au goût vermeil
Et flammes des chandelles
Jésus est Vrai-Soleil

PNMA

*Leur forme ronde et blonde symbolise le soleil,
Lui-même symbole du Christ.
« Le Seigneur est un soleil .» Psaume 83

Illustration
Marie présentant Jésus. Église Saint-Augustin de la Grande-Motte (34)

Photo PNMA
En vous souhaitant un dimanche lumineux!
Dimanche en quinze nous continuerons de chanter le mois de février!
Instant-Poésie 166
(le 2020-01-19 à 07:00)

Il est encore temps de renouveler mes vœux!
Et si Dieu le veut,
Chaque mois aura son poème,
Ainsi qu’une louange même.
Aujourd'hui : mode "Fantaisie".

Partis pour l’an nouveau
Ravis par les vœux
Nous rêvons à plus beau
A la bonté des cieux

Un dieu de double sorte
Janus au mois latin
Des deux côtés des portes
Ouvre tous les chemins

A la Révolution
Janvier se fait Nivôse
En de fous tourbillons
Neige glacée se pose

Au temps de paix plus tard
Dansent les patineurs
Reposent les canards
Sur glace avec bonheur

Du calme à la tempête
Temps et Homme varient
Réchauffement l’inquiète
De la douceur il sourit

Tel Janus à deux faces
Nous avons double humeur
Craignant le temps de glace
Mais réjouis des blancheurs

PNMA

Illustration
Canards posés sur la glace d'une pièce d'eau munichoise.

PHOTO AMN
Bonne quinzaine!
Instant-Poésie 165
(le 2020-01-05 à 07:00)

Chers amis,
Merci beaucoup à tous ceux qui m'ont envoyé leurs vœux.
Soyez sûrs de tous les miens :

Pour le corps la santé!
Pour l'âme la Lumière!
Et pour l'esprit la clarté!


-Dieu dit : « Que la lumière soit »
Et la Lumière fut-,
Et Dieu crée, d’Amour en surcroît,
L’homme en un souffle infus

La nature s’ouvre au grand jour
Qu’un soleil divinise
L’air vibre et respire d’Amour
Que pierres éternisent

Les sources jaillissent de joie
Les ruisseaux de bonheur
Les eaux trouvent leur voie,
En louant le Seigneur

Les fleuves coulent en langueur
Aux mers en flots d’Amour
Ils en bénissent le Seigneur
Tout au long de leurs jours

Et les fleurs exhalent l’Amour
Et diffusent douceur
A toute personne à l’entour
En louant le Seigneur

Et sous le bleu du ciel blanchissent
Les mers de nuages
Et en pluie d’amour ils bénissent
La terre à leur ombrage

Elle danse au soleil du bonheur
Aux astres de toujours
Et tous bénissent le Seigneur
Oh Création d’Amour

PNMA



Illustration
Cascade à St Guilhem-du-Désert (Hérault)

PHOTO AMN
A la quinzaine prochaine!
Instant-Poésie 164
(le 2019-12-24 à 08:00)

Chers amis,

Oui, la nuit de la Lumière arrive.
Je pense plus fortement à vous,
à beaucoup d’entre vous personnellement,
à celui qui croit comme à celui qui ne croit pas,
à chacun quel que soit son degré ou son mode de croyance.
Plus particulièrement je pense à celui qui est dans l’obscurité
de la solitude, de la souffrance, ou des difficultés de la vie.
Et bien, il y a quelque part pour lui,
aussi fine soit-elle,
une petite flamme dans la nuit.
Et que vous me soyez tout proche ou inconnu,
je confierai à l’Enfant divin de la crèche, CHACUN de vos noms.
Avec amitié ou affection, à toi, à vous, en Lui.

Patrick NMA

« Le peuple qui marchait dans les ténèbres
a vu se lever une grande lumière. »*

La lumière qui grandit
Isaïe nous le dit
Le vieux juif le Juste
Le vieux qui voit juste

Lumière en lieu perdu
Illuminant la terre
Dans le bébé Jésus
Elle nous dit son mystère

L’homme s’est dissolu
Il le sort de l’ornière
Ce bambin tout ténu
Le bonheur la Lumière

La lumière de l’étoile
Lumière de l’aurore
Lumière à toutes voiles
Lumière mieux que l’or

Pour Joseph et Marie
Âne et bœuf en sourient
Lumière aux anges même
A chacun un « Je t’aime »

« Je luis dans toute nuit
Dessous mon humble toit
Je te dis aujourd’hui
Ma tendresse est pour toi »

PNMA
*Isaïe 9,1

Illustration

Icône Anne-Marie Naudin
Paix et Lumière à chacun!
Beau temps de Noël!
Instant-Poésie 163
(le 2019-12-15 à 07:00)

Chers amis bonjour,
Voilà une interprétation intemporelle de l’un des plus beaux sites de la presqu’île de Crozon (Finistère).
C’est celui de l’ancienne abbaye Saint-Guénolé située en dessous de l’actuel monastère bénédictin, lieu où se côtoient forêt bretonne et palmiers au bord de l’Aulne.

Landévennec dit le breton
« Au soleil exposé *»
Et révèle au chant de son nom
« Sanctuaire de Guénolé*»

Vikings et révolutionnaires
Ont fait là leurs ravages
Mais d’autres plus tard renflouèrent
Le bateau en naufrage

Ses fenêtres sans alentours
Mystérieux passages
Encadrent les tableaux des jours
Où passent les nuages

Landévennec dans la vallée
Debout par tous les temps
Fenêtres de Saint-Guénolé
Par où passe le temps

Fenêtres au ciel en sésame
Où filent les oiseaux
Où s’envolent aussi les âmes
Longer le fil de l’eau

Et à Landévennec dériver
Sur l’Aulne et sur ses ganses
A Saint-Guénolé seuil pavé
De l’herbe d’Espérance

PNMA

*Les deux étymologies possibles du nom. Guénolé est le fondateur de l’abbaye au IVème siècle.

Illustration
L'ancienne abbaye de Landévennec

Photo PNMA
De nombreux lecteurs se sont déjà procuré les 51 photos-poèmes d’« Instants et au-delà ». Ils en ont rendu un écho très heureux « ponctué de « Magnifique ! » . Pour vous et/ou pour des amis un joli cadeau de Noël que je vous dédicacerais avec joie.
Belle dizaine de jours avant la Nuit de la Grande Lumière !
Instant-Poésie 162 La Madone de Maguelone
(le 2019-11-24 à 07:00)

Nous entrons ce dimanche dans le temps de l’Avent, celui de l’Attente : nous attendons Celui qui vient nous sauver. Or, la première qui a vécu le plus intensément cette attente est bien Marie. C’est pourquoi pour cet Instant-Poésie j’ai choisi ce poème marial écrit cet été à partir d’un moment vécu.
L’illustration ci-dessous est extraite du recueil des 51 derniers Instants-Poésie qui vient de sortir (voir l’invitation en conclusion).



L’été faisait pâlir le ciel
D’un voile clair sur Maguelone,
Ses vignes et pins essentiels,
La cathédrale et sa Madone.

Passé sous le linteau d’acanthes,
Et sous le Christ en majesté,
Et des mots avivant l’attente,
On trouve alors l’ombre et la paix.

Une arche d’abord vous envoûte
Attirant l’âme comme l’aimant
Pour que la nef l’élève toute
En son plein art, pur et roman.

Là, de minces fenêtres ancrées
Aux murs, bien faiblement éclairent
Le mystère des pierres ocrées,
Des blanches dalles funéraires.

A côté veille la Madone ;
Les vandales ont coupé ses mains
Elle en sourit, souffre et pardonne
Compatissant à nos chagrins…

Quand s’arrêtant devant la Vierge
Une femme en fauteuil roulant
Lui déposa prière et cierge,
Le corps blessé, le cœur brûlant.

Qui savait ce qu’elle voulait ?
Mais elles semblaient se comprendre,
La femme au fauteuil qui roulait,
La Dame-au-sourire-tendre.

Elles faisaient prière au Ciel
Dans un côté de Maguelone.
Elles montaient à l’Essentiel,
La pauvre femme et la Madone.

Illustration
La Madone de Maguelone dans sa cathédrale, 15 km au sud de Montpellier.

PHOTO AMN (Le graphisme du recueil , lui, est bien évidemment tout net !
L’instant-Poésie N°161 de mardi dernier vous donne toutes les informations sur ce troisième recueil des IP et comment l’obtenir. Les Franciliens, et notamment le Yvelinois, sont cordialement invités chez Anne-Marie et Patrick dimanche 8 décembre pour la signature, la lecture de poèmes et la boisson de l’amitié.
D’ici là bonne semaine à tous !
INSTANT-POÉSIE 161 bis !
(le 2019-11-26 à 11:00)

Et voilà le titre qui a "sauté" ! :
"INSTANTS ET AU-DELÀ" ...


Illustration
INSTANT-POÉSIE 161 : ANNONCE ET INVITATION !
(le 2019-11-26 à 11:00)

Le troisième recueil des instants-Poésie est arrivé!


Chers amis-lecteurs,
Tel est donc le titre de notre troisième recueil des « Instants-Poésie ».
Il rassemble les 51 poèmes de l’année mais avec des nouveautés :
-des poèmes non encore publiés,
-des photos éclairant mieux les poèmes,
-une mise en page invitant au voyage
Et ce sur le même modèle -21x21, 116 pages, papier glacé-,20€- que le recueil de 2018 « Flore, Portraits, Sacré »et avec le même talent de son réalisateur-photographe Eric Courtade.
Et toujours « L’émotion des mots, la sensation des photos » !
Plus personnellement, je serai simplement heureux de partager avec vous ces instants de Lumière, que le Ciel et plus précisément « Celui qui est la Lumière du monde » m’ont et nous ont offerts et à qui je dois tout,
Y compris et surtout la camaraderie par les mots, l’amitié, voire l’affection ou la fraternité que je partage avec vous.

A tout bientôt d’une manière ou d’une autre,
Avec ma poétique amitié

Patrick NMA

POUR SE PROCURER « INSTANTS ET AU-DELA »

Deux moyens :

D’ABORD, NOUS VOUS INVITONS
-à un temps d’amitié et de lecture de poèmes à BOUGIVAL (78380)
9 chemin du Bas Murget
DIMANCHE 8 DECEMBRE entre 14h30 et 18h30
Merci alors de nous confirmer votre venue par mail ou sms :
patrick@instant-poesie.fr 07.78.68.18.94

ENSUITE
Si vous demeurez beaucoup plus loin ou ne pouvez venir,
en commandant le recueil par simple envoi d’un chèque de 20€ par exemplaire plus 5€ pour envoi en lettre suivie, à l’ordre de Patrick Naudin à l’adresse ci-dessus.

Illustration
Bora-Bora vu de Tahaa (Polynésie)

Il suffit d'un nuage
Et sa douce vapeur
Et tu rêves une image
De ta propre couleur

PHOTO ERIC COURTADE
Dans l'espoir de vos nouvelles prochaines,
Belle suite dans la semaine!
Instant-Poésie 160
(le 2019-11-17 à 07:00)

Chers amis,
Bougival attendait naturellement un poème : nombre de lecteurs et l’auteur y demeurent. Qu’hommage lui soit donc ici rendu.
Vous remarquerez la présentation particulière de la photo : elle est celle du livre.
« INSTANTS ET AU-DELA » Photo-Poésie II,
dans la très belle mise en page d’Éric Courtade. Il arrive incessamment ainsi qu’un N° spécial de l’Instant-Poésie.
Par ailleurs, une autre invitation vous attend en conclusion !

Lassée de tant de monuments,
De la vie parisienne,
J’ai cherché, moi la Seine,
Un repos longuement.

Alors je me mis à flâner
Auprès d’un val boisé,
Et d’une onde-baiser
Bougival était né.

Un bourg s’allongea près de moi
Et grimpa sur les flancs ;
Un clocher fin et blanc
Fit signe de sa foi.

Puis l’on me prit en affection,
Les artistes du monde
Et les peintres de l’onde
Aux tons des impressions.

J’inspirai Georges Bizet*,
Jusqu’au bain froid fatal :
Cet amour sidéral
Carmen et Don José.

Et j’inspirai à Tourgueniev*
Poèmes et mémoires,
Un roman de terroirs,
De Russie, de son fief.

Et jusqu’en fin de mon aval,
En mes scintillements,
Je verrai en coulant
Mon suave Bougival.

PNMA

Illustration
Bougival, la maison de Georges Bizet.

Attention: la "définition" de la photo et de la page est en réalité ONZE FOIS SUPERIEURE ! à celle de cette image, définition limitée pour le logiciel de diffusion.

DANIEL ADAM du Bougival Photo Club
DIMANCHE 24 NOVEMBRE 15h30- 17h30
en l’église St Pierre St Paul de LA CELLE-SAINT-CLOUD (78°) :
« BACH MAÎTRE SPIRITUEL»
Conférence, illustrée à l’orgue, donnée par notre ami le PASTEUR JOLY éminent spécialiste de ce père de la Musique. A son issue nous vous accueillerons avec plaisir pour un verre de l’amitié.
Bonne semaine!
A tout bientôt !
PNMA
Objet : Test IP Emmanuel
(le 2019-11-05 à 03:00)

Texte d'introduction

Texte de l'instant.
Illustration
Légende de l'image

Crédit photo
Texte de conclusion
IP 159 Aulnay de Saintonge
(le 2019-11-02 à 08:00)

Chers amis,
Voilà donc le poème, anticipé pour raison de calendrier comme vous allez le lire et le voir. Il s'accompagne naturellement de mes pensées et prières pour vos proches,notamment parents et conjoints, que j'ai connus, parfois très bien. De nombreux visages défilent devant mes yeux...
Que leur lumière dans celle de l'Incomparable vienne jusqu'à chacun de nous!
Que ce jour des défunts
Qui ne sont pas loin,
Soit pour chacun
Un jour serein !

Voir par ailleurs la fin de cet IP



Aulnay-de-Saintonge

Cet été nous rendions visite
A Aulnay-de- Saintonge ;
Nous répondions à cette invite
D’un souvenir, d’un songe.

On rêvait d’un lieu solitaire,
Mais un acteur disait
Un poème d’Apollinaire
Sur un ton apaisé.

L’enclos autour était sans fleurs
Dans la paix funéraire,
Avait le parfum de langueur
De ces dalles de pierres.

Quels pèlerins y reposaient
Sur ce chemin jacquaire ?
Les tombes dans l’herbe taisaient
Leur vie aventurière.

Mais on voyait d’autres jardins,
Plus vrais que le vieux songe,
Des simples et un gallo-romain,
A Aulnay-de-Saintonge.

Au soir, en paisible lumière,
Les personnes parties,
Revenait l’âme singulière
En ce lieu investie :

La pure harmonie des volumes
De l’église en nature,
Mystère que la raison hume
Et qui au cœur perdure.

PNMA
Illustration

Photo PNMA
INVITATION

CE MARDI 5/11 à 20H30 EN L'EGLISE ST PIERRE ST PAUL DE LA CELLE-SAINT-CLOUD, je donnerai mon témoignage de la " poésie vécue comme aventure humaine et spirituelle"l avec lecture de poèmes de la trilogie des 153.
J'espère vous y revoir nombreux !
En vous souhaitant un week-end de Paix!
IP 158 Haltes russes
(le 2019-10-20 à 07:00)

Voilà un souvenir de voyage en Russie (2017), réminiscences-éclairs présentées sous forme de haïkus (5-7-5 syllabes).Lisez aussi en conclusion l’invitation à une toute nouvelle soirée francilienne !

Saint-Petersbourg

Neva et Newski
Canaux places palais hommes
Perspectives s’enfilent

Peterhof-Petrodvorets

Fenêtres par centaines
Aux longues façades claires
Pleuvent les fontaines

Kiji

Temple de bois seul
Tuiles à l’argent du tremble
Calmant les eaux

Saint-Cyril-au-lac-blanc

Grands murs sur le lac
Monastères en blanche forteresse
Et tant de clochers

Moscou

Place rouge on va
Aux gratte-ciels circulons
Lente Moscova

Novodievitchi

En Paix ombragée
Au couvent dorment les grands
Bancs pour les vivants

Bulbes d’or

Soudaine hauteur
Bondissent cinq bulbes d’or
Stupeur de bonheur



Illustration
Cimetière de russes célèbres à Novodievitchi (Moscou), lieu particulièrement prisé des artistes et poètes depuis des siècles.

photo PNMA
Invitation ; mardi 5 novembre à 20h30 à l’église Saint-Pierre Saint-Paul de la Celle Saint-Cloud.
Dans le cadre des vibrantes soirées « Hosanna » je donnerai mon témoignage : « La poésie ? Une aventure humaine et spirituelle », en photos, musique et poèmes.A bientôt pour ceux qui le peuvent et à tous belles journées aux couleurs de l’automne !
IP 157 Réjouis-toi Vierge de Fleury
(le 2019-10-06 à 07:00)

Demain lundi 7 octobre, certains d’entre nous fêterons Notre-Dame du Rosaire (cf wikipedia). Le poème de cette quinzaine se devait donc naturellement d’honorer la Mère du Ciel. Voilà un nouvel hommage à Notre-Dame de Fleury que pria Jeanne d’Arc.

Réjouis-toi Vierge de Fleury
En ostensoir de chêne
Notre Mère et Reine

Réjouissez-vous Jésus et Marie
Votre blanche douceur
Vient jusque dans nos cœurs

Réjouis-toi Vierge de Fleury
En légère couronne
Ta joie vers nous rayonne

Réjouis-toi Mère au nom Marie
Vierge au sourire si sereine
Se tenant humble Reine

Réjouis-toi Vierge de Fleury
Au sourire si long
Qu’il nous touche au tréfonds

Réjouis-toi qui plus blanc sourit
Que montagne de neige
Ouvrant son cœur vierge

Réjouis-toi Vierge couronnée
Toi la si belle au monde
Et l’ultime Joconde

Réjouis-toi Vierge inclinée
Qui dit : « Regardez-nous,
Mon Jésus est à vous »

Réjouis-toi Vierge de Fleury
Et sculpteur toi aussi
Qui donna tant de vie
A l'albâtre ravi :
En l’instant d’un éclair
La pierre devint chair

Réjouis-toi Vierge de Fleury
Visage tendre et doux
Regard d’amour pour nous

Réjouissez-vous Jésus Marie
Au sourire le même
Et qui nous dit : Je t’aime »

Illustration

Pnoto PNMA
A jeudi à Croissy pour les Franciliens (cf l’IP de dimanche dernier) et bonne quinzaine à tous !
Instant-Poésie : Invivitation
(le 2019-10-01 à 15:00)

Avec plaisir je vous invite à cette soirée où je dirai de nouveaux poèmes avec photos et accompagnement musical.

SUR LES PAS DE MARIE
EN PHOTO, PRIÈRE ET POÉSIE

JEUDI 10 OCTOBRE 20H45
Mois du Rosaire
ÉGLISE SAINT-LÉONARD
A CROISSY /SEINE (ouest parisien)

Illustration
Notre-Dame de Fleury (Saint-Benoît/Loire)
A très bientôt j'espère!
En amitié poétique
IP 156 Sous les ponts de Paris
(le 2019-09-22 à 07:00)

Pour ces journées du patrimoine je vous invite à une promenade parisienne sous deux ponts de Paris : le pont de Passy (PNMA) et le pont Mirabeau de Guillaume Appolinaire, original de mon pastiche.

PONT DE PASSY

Sous le pont de Passy coule la Seine
Et souvenirs
Revenant à la traîne
Des Geneviève Hildebert et Germaine

Vienne la pluie soleil luise
Les eaux s’en vont bonheur je puise

Vois les métros qui mènent dans les airs
Les amoureux
Au cœur à découvert
Pour un baiser sous la tour en fers clairs

Vienne la pluie soleil luise
Les eaux s’en vont bonheur je puise

Stations saisons passions tout y alterne
Passé présent
Au pont qui te materne
Où sous chaque arche brille une lanterne

Vienne la pluie soleil luise
Les eaux s’en vont bonheur je puise

Et toujours cœur lourd où l’âme sereine
De nuit de jour
Te voir m’est une étrenne
Toi pont de Passy où coule la Seine

Vienne la pluie soleil luise
Les eaux s’en vont bonheur je puise

PNMA

PONT MIRABEAU

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l'onde si lasse

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

L'amour s'en va comme cette eau courante
L'amour s'en va
Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Guillaume Appolinaire


Illustration

Photo PNMA
En vous souhaitant une belle première quinzaine d'automne!
IP 155 De Nubie et du Finistère!
(le 2019-09-08 à 07:00)

Chers amis,
Tout d’abord un chaleureux merci à tous ceux qui m’ont partagé leurs désirs pour cette rentrée. Un large consensus s’établit autour de trois idées :
-Un envoi tous les 15 jours suffit ;
-la photo est aussi attendue que le poème ;
-enfin l’ouverture, notamment, aux sujets de société est très peu souhaitée.
Je vous rejoins largement et poursuis donc dans cette voie.
Cette rentrée se fera exceptionnellement avec deux poèmes : un souvenir de voyage et un hommage à la Vierge (au Menez-Hom cet été), puisque le 8 septembre on fête traditionnellement sa Nativité.
En espérant que ce nouvel Instant-Poésie vous plaise (?) et vous trouve chacun dans la meilleure forme possible, je vous assure de ma fidèle et poétique amitié.
PNMA

KALABSHA*, TEMPLE ÉGYPTIEN

Le temple fort à peine ouvert
Son pylône en avant
Regarde au loin le désert
Affronte deux mille ans

Depuis les vastes salles closes
Et jusqu’au sanctuaire
Montent les colonnes grandioses
Au-delà des mystères

Elles semblent supporter le ciel
Palmiers à fleur de lotus
Dressées en gardiens solennels
Des murs et papyrus

Au long des parois protectrices
Pharaon fait offrande aux dieux
Isis et son fils Mandoulis
En gestes nobles et gracieux

Il songe à ce « livre des morts »
Accomplit le rituel
Pour que sa barque arrive au port
Des quais éternels

Ainsi les peintres et sculpteurs
Pharaon déifiant
Tous artistes et bâtisseurs
Ils ont vaincu le temps

Le temple fort à cœur ouvert
En puissance et beauté,
Regarde au lointain le désert,
Et dit l’Éternité

*Temple de Nubie (Haute-Égypte) construit vers 30 avant JC. Le pylône est la massive façade.

---
SAINTE-MARIE DU MENEZ-HOM !

Sainte-Marie du Menez-Hom
Soyez louée aux Trois-Retables,
Pages d’or et sublime album !

Dans le cortège aux douze Saints,
Humains posés, vivants divins,
Louons Marie du Menez-Hom !

D’Œuvre-de-Dieu et Travail-d’hommes,
Soyez bénie pour cette somme,
Sainte-Marie du Menez-Hom !

Une coquille vous fait dôme,
Et toute-belle en polychrome,
Sainte-Marie du Menez-Hom !

Dans l’enclos, muette Bergère,
Mais pleurant au trop haut Calvaire,
Soyez louée au Menez-Hom !

A vous seule chant du Te Deum,
Soyez bénie fleur de l’arum,
Sainte-Marie du Menez-Hom !

Que par de doux mots l’on vous somme,
Écho sacré de l’amen « om »,
Sainte-Marie du Menez-Hom !

Vierge, priez Dieu pour les hommes
Quand à ces retables on vous nomme :
Sainte-Marie du Menez-Hom !

PNMA

Illustration
Sainte Marie du Menez-Hom. La Vierge est au centre à gauche.

PHOTO DE NOTRE AMI-LECTEUR HUBERT JEU
Belle quinzaine de fin d'été et au 22!
IP 154 Confidence et questionnement
(le 2019-06-23 à 06:00)

Chers amis-lecteurs,
L’Instant d’aujourd’hui, ne sera pas un poème, mais une lettre personnelle, une confidence et un questionnement.

1) D’abord un chaud et profond MERCI à tous ceux nombreux qui pendant ces trois ans m’ont écrit ou dit de fortes et sincères paroles d’encouragement et d’amitié. Sans cela ce « travail » n’aurait pas été possible.
Ce charisme de la poésie que j’ai reçu dans ma jeunesse, j’en loue Celui qui me l’a donné, mais c’est grâce à vous et pour vous qu’il s’est développé :
636 lecteurs (sans faire de publicité), 150 poèmes (cf www.instant-poésie.fr ), deux recueils, un prix, un récital, quelques soirées poésies…ET bien plus : des AMITIÉS avec leurs profonds échanges se sont joliment entretenues, renforcées ou sont nées au cours de ces trois ans. Quel cadeau reçu du Très-Haut !

2) Aujourd’hui le temps est arrivé d’une pause et d’un mûrissement jusqu’à l’automne. ..
Que sera l’Instant-Poésie DEMAIN ? Il faut entre autres revoir la gestion informatique et surtout savoir aussi comment toi, ami-lecteur voit les prochains instants ?
Selon cette parole de Montaigne que j’affectionne « la parole est à moitié à celui qui parle et à moitié à celui qui entend », MES DECISIONS DEPENDRONT LARGEMENT DE VOUS et de vos réponses à ces questions :
-un envoi tous les quinze jours suffirait-il ?
-une photo est-elle nécessaire au poème ?
-A la dominante d’hymnes à la Beauté, faudrait-il ajouter des méditations sur notre société ?
-Faut-il alterner avec d’autres auteurs ?
-Introduire d’autres formes que la poésie ?
Et ? et ?

JE SUIS A L’ECOUTE de toutes vos réflexions et suggestions qui sont vraiment attendues.
Les écrans ont la parole !

Que chacun à sa façon –contemplation, méditation, prière…-
Se ressource pleinement cet été !
C’est mon vœu pour chacun de vous.

Avec toute ma poétique amitié

Patrick NMA
patrick@instant-poesie.fr

Illustration
Coucher de soleil sur Bora-Bora.
"La beauté du monde,
c'est le sourire de tendresse du Christ pour nous
à travers la matière." Simone Weil (+1943)

PHOTO ÉRIC COURTADE
D'ans l'attente et au plaisir de vous lire.
Bon dimanche et bel été!
IP 153 L'âme des lieux
(le 2019-06-16 à 07:00)

Un souffle s'exhale de ces lieux qui touchent universellement ou plus personnellement...Merci de prêter ATTTENTION à la fin ce mél.

Parfois enchantés par un site,
Nous demandons, curieux :
D’où viens-tu, toi qui nous invite,
Belle âme de ces lieux ?

Lascaux répond : ma Préhistoire
D'animaux en cavale ;
Lourdes : ma source en offertoire
Où prières dévalent ;

Carnac, Kermario, Le Menec:
Nos milliers de menhirs ;
Et sur l’Aulne Landévennec:
Mes bois et souvenirs ;

Germigny-des-prés: l’oratoire
Aux douze-cents années ;
Maguelone : mon promontoire
Sur Méditerranée ;

Et Notre-Dame de Paris:
Bien-être en ma cité ;
La blanche abbaye de Fleury:
Mes lignes de clarté.

Sète : ma paix au cimetière
Qui domine les eaux ;
Au mont Saint-Michel :mes pierres,
Pyramide des flots.

Près de ces beautés singulières
L'homme songe à ses dieux;
Voilà où il se désaltère,
Où naît l’âme des lieux.

Illustration
La nef de l'abbaye de Fleury à St Benoît/Loire.

Photo Monastère de Fleuurry
DEUX INFORMATIONS :
-Suite à un contretemps extérieur, la soirée"Louange et poésie du 18 juin est reportée en octobre.
-C'est l'avant-dernier dernier Instant-Poésie avant une pause estivale.
Bon dimanche! Bonne semaine!
IP 152 Le Souffle et les roseaux
(le 2019-06-09 à 07:00)

Le poème de Pentecôte...

« Le Souffle d’Elohim* planait
Sur la face des eaux » ;
Par sa caresse s’égrainaient
Semences de roseaux.

Le temps passait sous le Très-Haut,
Quand au Vent balancés
Un printemps béni, les roseaux
Se mirent à penser.

En hommes ils furent mutés,
Œuvre de la Sagesse,
En génies de l’Antiquité
De force et de finesse.

Et parut l’Homme-Dieu Jésus
Au milieu d’un hameau,
Du Souffle et de de la Vierge issu,
Élevé au plus haut.

Des pauvres roseaux Il s’éprit :
On se moqua de Lui,
Mais Il envoya Son Esprit ;
Il vient, c’est aujourd’hui :

Sur les gens des rues, saints, héros,
Qui donnent de leur être,
Amis du Vrai, du Bien, du Beau,
Les ouvreurs de fenêtre ;

Et à chacun de nous roseaux
Invisible et présent,
Le Souffle murmure d’En-Haut :
« Je t’aime mon enfant ».

PNMA Pentecôte 2019


*Un des différents noms pour désigner le Dieu d’Israël, ici en Genèse 1,2.
Voir également la note en conclusion.

Illustration
Le lac de Tibériade (Israël) à Tabgah (rive nord, lieu de la multiplication des pains et des poissons). L'Esprit se cache dans la photo . Où est-il ?
Les gagnants auront une surprise de fin d'année!

Photo PNMA
1) Le titre de cette hymne est un double ricochet sur "L'homme n'est qu'un roseau, le plus faible de la nature, mais c'est un roseau pensant" de Blaise Pascal ET sur le dernier beau livre de Marc Leboucher "Le souffle et le roseau" (éditions Salvator).
2) APPEL DU 18 juin 2019 à 20h30 à l'église St Pierre St Paul de la Celle Saint Cloud , dernière soirée Hosanna "Le souffle et le roseau" où je dirai une quinzaine de mes poèmes. A la joie d'y revoir les franciliens.
IP 151 Méditerranée de midi
(le 2019-06-02 à 07:00)

La venue des beaux jours nous convie de nouveau à la mer...


La mer du plein midi
Au soleil mer éblouie
Scintille à l’infini
Masse immense de Vie

Méditerranée feu
Depuis l’Antiquité
Qui fait jaillir les dieux
Pour notre humanité

Au creuset du soleil
Ton flot se mute en or
Plus qu’argent et vermeil
Dans l’amour le plus fort

A l’ardente caresse
Tu t’enivres et tu vibres
En lumière de liesse
Que chantent les félibres*

Le soleil se mire et mire
En myriade orgasmique
Milliards de fois il vire
En la noce cosmique

Dans cette intime osmose
De ses flots résolus
La planète s’expose
Au soleil absolu

Rayons pénétrant l’eau
Telle saphir des mers
Emis par le Très-Haut
Diamant de l’Univers

PNMA

*Poètes de langue d’oc

Illustration

PHOTO AMN
Bon dimanche! Bonne semaine!
Et à la Pentecôte...
INSTANT-POÉSIE 150 ! ARRÊT LE VAL D'OR.
(le 2019-05-26 à 07:00)

Voici aujourd'hui un court voyage aux noms qui en disent plus long!

Ayant quitté Saint Cloud
Nous roulions, quand alors
Une voix dit tout doux :
« Prochain arrêt : Le Val d’Or*».

Beau était le pays :
Tour Eiffel, Sacré-Cœur,
On voyait tout Paris,
Un instant de bonheur.

Au toit d’une chapelle**
Marie levait les bras,
Matin, étoile belle,
Stella matutina.

Puteaux et La Défense,
Les temples de l’argent
S’élevaient à distance
En cachant leurs agents.

Le francilien filait
Terminus Saint-Lazare,
Son mystère oublié
Au vacarme de gare.

Trajet disant la vie,
La vie est ce trajet,
Heure grise ou rosie
s'envolant comme un geai.

On ne saurait manquer
Pour notre dernier port,
De descendre au bon quai
A l'arrêt Le Val d’Or.

Illustration
*Station réelle sur le trajet très fréquenté de « Saint-Lazare » à Versailles et Saint-Nom-la Bretèche. **Nom de cette chapelle.

PAS DE PHOTO
MERCI aux nombreux lecteurs qui ont envoyé des mots bien sympathiques pour mes derniers poèmes.

Par ailleurs, pour nos amis de Bougival et communes environnantes, à noter sur vos agendas cette INVITATION le mardi 18 juin à 20h30 en l’église St Pierre St Paul de la Celle Saint Cloud la soirée de louanges « Hosanna » « Prier en poésie ».
sera dédiée à une suite de mes poèmes, essentiellement extraits des 150 Instants-Poésie
IP 149 Au café hollandais
(le 2019-05-19 à 07:00)

L'un de ces souvenirs d'instants, en voyage ou ailleurs, où le temps s'arrête...

C’était à Olsteurwyk*
Au pays hollandais
Un café en brique
Où le temps s’attardait

Les bougies sur les tables
Donnaient au mobilier
Une beauté de retables
Un regard familier

Tout parlait en secret
Les verres par leurs reflets
Les vieux livres discrets
Et un trousseau de clés


Les habitués assis
Disaient mezza voce
Des souvenirs d'amis
Sur un ton détaché

La dentelle pendue
Dévoilait à moitié
Dans l’heure suspendue
Des blancs fils d’amitié

La paix s’installait
Dans le jour irisé
Dans le corps s’écoulait
Un bonheur tamisé

C’était à Olsteurwyk
Où le temps s’arrêtait
Un café hollandais
Éclat d'éternité

PNMA

*cf légende de la photo.

Illustration
Dans un café d'Osterwyjk* (la graphie du poème est phonétiquement simplifiée) dans le Brabant, sud des Pays-Bas. 2016

Photo PNMA
Bon dimanche, bonne semaine! et dimanche prochain pensons que nous sommes tous Européens !...
IP 148 Il suffit d'une chose.
(le 2019-05-12 à 07:00)

Il suffit d’une chose,
Un oiseau, une fleur,
Pour que le cœur éclose
Sur le banc du bonheur.

Il suffit d’une rose
Aux pétales huppés,
Et l’âme se repose
En princesse de paix.

Suffit la tourterelle
Et ses roucoulements,
Le ciel se peuple d’ailes
En houle d’un moment ;

Ou la palme qui bruisse
Aux tendresses du vent,
Et la chanson s’esquisse
Sur les plaines d’Ivan.

Il suffit d’une dune
Pour qu’ondule un désert,
Aux lueurs de la lune
Et d’un fol rayon vert.

Un brin d’aster, de mer
Suffit à ton bonheur ;
Chacun est univers,
Un plongeoir pour le cœur.

PNMA
Illustration

Photo PNMA
Bon dimanche, belle semaine!
IP 147 SALUT, O REINE!
(le 2019-05-05 à 07:00)

Voici le mois de mai, le mois de Marie. Le poème ci-dessous est une traduction du "Salve Regina", hymne du XIIème siècle (en majuscules), alternant avec ma méditation (en minuscules).

Salut, O Reine !

SALUT, O REINE,
MÈRE DE MISÉRICORDE,
Tu nous consoles de nos peines,
Et à Dieu nous accordes ;

NOTRE VIE, NOTRE DOUCEUR,
TU ES NOTRE ESPÉRANCE !
Prions avec ferveur,
Disons notre confiance

ENFANTS D’ÈVE EXILÉS,
NOUS CRIONS VERS TOI ;
Si nous avons vacillé,
Viens guérir notre émoi.

NOUS SOUPIRONS VERS TOI,
GÉMISSANT ET PLEURANT
DANS CETTE VALLÉE DE LARMES.
Nous espérons en toi,
Priant et suppliant
De faire taire les armes.

O TOI NOTRE AVOCATE,
MONTRE-NOUS TES REGARDS
MISÉRICORDIEUX ;
Permets que je me hâte
Avant qu’il ne soit tard,
Vers ton être radieux.


ET APRÈS CET EXIL
MONTRE-NOUS JÉSUS,
FRUIT BÉNI DE TON SEIN ;
Et soit-il
Qu’auprès du Saint-des-Saints
Tes amis soient reçus,

AVEC TOI CLÉMENTE,
ET MISÉRICORDIEUSE
DOUCE VIERGE MARIE ;
Prévenante,
Belle et silencieuse,
Sans fin tu nous souris.

Illustration
Vierge du gothique tardif (XVème siècle) de la cathédrale de Trèves (Allemagne)..

PHOTO AMN
Bon dimanche et belle semaine!
IP 146 Nature en Joie!
(le 2019-04-28 à 07:00)

La Nature éclate de Joie,
Nourrie de ses nouvelles sèves,
Et les paysages verdoient.

En procession de printemps,
Les primevères, primes élèves,
Jouent de rose, violet et blanc.

Souriant d’en haut, les magnolias
Chantent l'écho de leurs couleurs,
Magnifiques alléluias !

Et les prunus et forsythias,
Formant duos de clairs bonheurs,
Alternent en Allegrias !

Puis apparaissent les genêts,
Pépites d’or en leur pluie dense,
Et plaisir des hommes renés.

Les champs de colza apprêté
De leurs jaunes forts nous égayent,
Par leurs éclats d’ébriété.

Et des cerisiers aux pommiers,
Toutes floraisons se relayent,
Dans les vergers tels des damiers.

Et toute la terre nubile
Jouit des fleurs de Dieu-Amour;
Songeant à leurs fruits : elle en jubile !

PNMA

Illustration
Genêts à Landévennec.

PHOTO AMN
Bon dimanche et belle semaine de printemps!
IP 145 Miracles à Notre-Dame
(le 2019-04-21 à 07:00)

Le coq est considéré comme un symbole de la Résurrection puisqu'il
chante tôt matin, résurrection quotidienne. Celui de Notre-Dame est miraculé! Le lien est donc immédiat entre ce dimanche de Pâques et ce poème.!

Veilleur sur Notre-Dame de Paris,
Le coq somnole au soir du lundi saint.
A neuf-cents printemps, vêtue de clair gris,
Notre-Dame ne pense à son tocsin.

« Soudain, à l’heure du couchant je brûle.
Ma charpente tout de chênes s’enflamme,
Et sur ma flèche embrasée mon coq hurle,
Précipité dans le feu, corps et âme. »

La foule effrayée est figée sans voix.
Face à ce brasier les pompiers s’acharnent
Dans les cœurs la Dame prie : « Sauvez-moi !
C’est l’âme de la France que j’incarne.

Moi, Mère de Paris et de la France,
Je ne veux pas vous quitter,
Ni ma Seine pour toujours mon alliance,
Ni mon île, ni ma chère Cité. »

Alors, mon Fils, entendant nos prières,
Approche, et tout en haut des pinacles,
Enserrant vivement mon corps de pierres,
Opère urgemment de puissants miracles.

Aucun de nos enfants ne tombe mort,
Et j’émerge du feu par Son secours,
Amputée, brûlée au degré le plus fort,
Mais je me tiens debout, sur mes deux tours.

Mon Trésor trouve une issue, un dessus.
Mais mon coq ? Cœur de reliques garni
D'épines qui firent saigner Jésus,
Et des corps de Geneviève et Denis.

Un ange l’a caché sous une pierre
Alors, au matin de Pâques il rechante.
Les fidèles élèvent leur prière ;
En « alléluia !" Notre-Dame exulte !

Notre-Dame à l’aube en parure blonde
Notre-Dame de Paris, de la France
Notre-Dame Marie, l’Amie du monde,
Notre-Dame Marie, notre Espérance

PNMA

Illustration
Abreuvés des terribles images et vidéos, il ne m'a pas paru opportun d'ajouter une photo
Joyeuses Pâques!
Heureuse semaine pascale!
IP 144 un poème à Notre-Dame de Paris .
(le 2019-04-17 à 13:00)

"De mes flots de mon âme,
J'embrasse l'Île Saint-Louis
Et la Cité chérie.
Au pied de Notre-Dame
Nous échangeons nos oui,
Paris et moi pour toujours unis."

Ainsi j'évoquais Notre-Dame dans le PREMIER poème "Une vie de Seine" du recueil "D'eau, de pierre et d'Esprit".
Nous voilà encore sous le choc de l'émotion, à des degrés divers selon notre lien avec cette haute et profonde Beauté. Le mien, comme pour beaucoup, y est depuis 61 ans particulièrement fort.
En attendant sans doute plus, voilà un très beau poème inconnu la chantant, envoyé par une amie.

NOTRE-DAME DE PARIS

Beau navire immobile au milieu de la Seine,
Sur l'ancre d'Espérance à jamais arrêté,
Dont les deux bras du fleuve enserrent la carène
A la pointe de la Cité.

Vous êtes la nef d'ombre et de silence où l'âme
S'apaise loin du bruit et de l'éclat des voix;
Vous êtes le foyer où palpite la flamme
De l'amour au pied de la Croix.

La lumière filtrée aux vitraux des rosaces
Tombe en lueur pâlie autour du grand autel,
Formant au Tabernacle une auréole où passent
Tous les rayons de l'arc-en-ciel.

La flèche, ainsi qu'un mât, sur l'abside se dresse;
Le bourdon, dans les tours qui couronnent le seuil,
A sonné des tocsins et des chants d'allégresse:
Nos hymnes de joie et de deuil.

Ceux-là dont le travail était une prière,
Maîtres sculpteurs, verriers, charpentiers et maçons,
Pour la vierge ont ouvré cette robe de pierre
Et l'ont brodée à leurs façons.

Ils y mirent l'ardeur de leurs forces croyantes,
Avec l'acharnement d'un labeur obstiné;
Et l'immense vaisseau qui brava les tourmentes
En demeure encore imprégné.

Comtesse de Magallon
"La guirlande de Marie" 1939
Poèmes couronnés par l'Académie Française





Illustration
Pas d'image.
Et Notre Dame bravera encore cette tourmente!
Que Notre-Dame continue de chanter dans nos coeurs et de veiller sur nous!!
IP 143. Croix
(le 2019-04-14 à 07:00)

Ce dimanche si particulier dans l’année invite à balbutier une réponse sur la mort et la Vie …

Dimanche du Mystère,
Ovation et Passion,
En un jour l’on vénère
Rameaux, Crucifixion.

Croix signe et mémoire,
La croix passe en chemin,
Croix cœur de l’Histoire,
Méditation sans fin.

La Croix du Crucifié,
Ieshouah le Nazaréen;
La croix des torturés,
Écrasés en vauriens ;

Croix signant la souffrance,
Brisement de l'instant;
Croix qui lance l’Espérance ;
Victoire sur le Temps.

On combat contre moi
A la Colline des Croix*,
Mont-Parole-de-Foi,,
Mais d’Essence je croîs.

Moi Croix de Ieshouah
Je terrasse la mort,
Et partout où suis là,
Je vous dis haut et fort :

Je fracasse la mort
Et ouvre grand mes bras ;
Je suis la Voie du Port,
Toujours là près de toi.

PNMA

*Voir légende de la photo

Illustration
*Au nord de la Lituanie, lieu de résistance pacifique des Lituaniens catholiques au cours des siècles, notamment face aux soviétiques qui la rasèrent au bulldozer au moins trois fois.
Déclaré par Jean-Paul II, site d’espoir, de paix, d’amour et de sacrifice.

PHOTO PNMA 2002
En souhaitant une intense Semaine Sainte à ceux qui croient et belle pour tous !
IP 142 Mont Saint-Michel
(le 2019-04-07 à 07:00)

La Merveille de l'Occident : juste titre. Au retour du Mont, un poème s'imposait : voilà modestement l'une des mille visions possibles.

Nous avions rendez-vous,
Fin mars, le Mont et nous.

Et l’heureux moment vint,
Quand en route soudain,
Offert le Mont survint,
Léger dans le lointain.

Alors, pris d’émotion
Aux pinacles pointus,
Surgit cette question :
Mont, dis-nous qui es-tu ?

« Montez mes escaliers,
Hauts, larges et longs,
Et passez mes paliers
De gris et lichens blonds.»

Et nous vîmes l’aurore
Et la mer qui s’enfuit.
Au soleil qui le dore,
Le Mont nous dit : « Je suis

La fine pyramide
Renaissance mystique
Résurgence intrépide
De l’Égypte antique

Le visage androgyne,
Militaire et civil,
De flèche féminine,
Et de rempart viril ;

Le fort saint qu’éleva
Le peuple industrieux,
A force de ses bras
Et de Foi au seul Dieu.

Et quand les flots m’enserrent
Dans la marée cosmique,
Le lotus fleur de pierre,
La Merveille héroïque,

Immuable sur l’eau,
Un diamant au Très-Haut.

PNMA

Illustration

DE NOTRE AMI-LECTEUR XAVIER DE BETTIGNIES
Beau dimanche, bonne semaine!
IP 141 Pose de mésange
(le 2019-03-31 à 07:00)

La préservation, l’amour de la Création est un appel du Pape François pour ce carême.
Que ce bref poème se joigne donc à tous les chants des amants de la Nature.

Assis dans le silence
Scrutant le ciel en bleu
N'ayant pour impatience
Qu’un instant lumineux

Je songeais à un ange
Au souffle de l’Esprit
Quand vint une mésange
Clamant un jeune cri

Vêtue de bure claire
Et de coiffe brune
Peut-être messagère
De nouvelle à la une

C’est en vol fortuit
Descendue de son nid
Qu’elle décèle un fruit
La nèfle de midi

Jubilant du repas
La fine mésange
De cœur et bec chanta
Son merci sa louange

Par la vive strette
Silence était délié
Par mésange « nonnette »
Posée au néflier

PNMA

Illustration
Mésange, de fait, dite "nonnette".

PHOTO DE NOTRE AMI-LECTEUR CLAUDE TURLAN.
Bon dimanche! Bonne semaine!
IP 140 Horizon
(le 2019-03-24 à 07:00)

De la méditation sur un objet à la méditation sur la Création...

Pourquoi scruter l’horizon
Y attendre une prédiction
Se plonger en méditation ?

Pour un paysage à déchiffrer
En M de Monts et I de clochers
Du Poète Géant et secret

Dessinateur Universel
Il signe en virtuose virtuel
D’une ligne entre mer et ciel

Droite finition
En immuable motion
Où l’œil part en perdition

Ce serpent rectiligne
Fascine le regard
De ses yeux introuvables

Mer et ciel aux lèvres unies
S’embrassent en longueur inouïe
D’amour en langueur infinie

De caritas et libido
Ils s’épousent à fleur d’eau
Chantant fragrance amoroso

Air en pures rimes
Dieu offre en ces rythmes
Des plaisirs intimes

Horizon qui ne se conçoit pas
Je ne sais quoi au goût d’Au-delà

Illustration

PHOTO AMN
Bon dimanche! Bonne semaine!
IP 139 Prie-Dieu esseulé
(le 2019-03-17 à 07:00)

Une méditation pour ce temps...

Moi prie- Dieu esseulé
J’attends là en silence
Un cœur à consoler

Un passant qui vienne se poser
Sur mes brins de paille bien tressés
Assis ou sur ses deux genoux
Ou près de moi simplement debout

Je suis dans un coin
Abandonné là
Trop dur ou trop loin
Trop vieux ou trop bas

J’ai une planche en plat accoudoir
Pour dire la prière du soir
Une courte échelle à trois barreaux
Pour regarder vers Lui, le Très-Haut

J’élève les prières
Mon ami le vitrail
Fait passer les lumières,
A chacun son travail

Ses rayons irisant
Sur mon bois étincelle
Et sur le pavement
Ils jouent à la marelle

Moi prie-Dieu esseulé
Je dis la Présence
Aux cœurs à consoler

PNMA

Illustration

Photo Nanette Courtade
Au vendredi 22 20h45 (non 20h30) à l'église de Croissy/Seine pour la soirée "Prière et poésie" poèmes de PNMA avec tableaux et la contribution du poète syrien Samir Tahan.
D'ici là bon dimanche et bonne semaine!
Grain de poussière. IP 138
(le 2019-03-10 à 07:00)

Alors que dimanche après dimanche il me paraît juste et bon de chanter la Vie, la Joie de la Résurrection, l’Espérance et le Bonheur, il y a dans notre calendrier annuel deux jours sombres : l’un gris le Mercredi des Cendres, l’autre noir le Vendredi Saint. Pour ce premier dimanche de carême, exceptionnellement donc, voilà une méditation sur ce premier jour, sur notre condition humaine. Pourtant nous sommes invités à vivre ce temps dans la joie de l’Esprit Saint !
Voir information importante en conclusion.

« Tu es poussière et tu retourneras à la poussière.» Genèse 3,19.

Grain de poussière

Rien rien rien de rien
Dans le cosmos infini
Atome d’infiniment petit

De rares années en transfert
Sur un électron de terre
Perdue dans l’univers

Dans les milliards d’années-lumière
Imagination délétère
Écrasée en poussière

Être humain comme un grain
Brûlé, balayé, foulé, vaurien
Dans les extrêmes incertains

Sorti d’un néant incompris
Envolé d’un désert de Gobi
Pour un océan jamais dit

Mais grain qui se souvient
Qui pense qui retient
Qu’il est grain de destin

Derrière la vitre grain de poussière
Qu’un soleil réverbère
Graine de lumière

Poussière de mort
A Ses yeux
Tu es cet or

PNMA
Illustration
Ondulations de dune à Fuerteventura (Canaries)

PHOTO AMN
Vendredi 22 mars à 20h30 à l'église de Croissy/Seine j'animerai une soirée
'Prière et poésie". J'espère y revoir nombreux les amis yvelinois!
Bon dimanche et bonne semaine!
La place de Teguise IP 137
(le 2019-03-03 à 07:00)

Voilà la place de l'un des plus jolis villages de l'île de Lanzarote aux Canaries.

La place est solitaire
Et la page s’écrit
Des mots voguant en l’air
Le palmier de ses palmes
Fait circuler le vent

La fontaine s’est tue
La colombe la frôle
Ni jet ni eau ne coule
Elle reste là têtue
Pour le décor sans rôle

Le pavé est heureux
De n’être pas battu
Les herbes aux interstices
Au hasard survenu
Redressées se réjouissent

Au sein du grand carré
De maisons de chaux blanche
Les vasques aussi pâles
Attendent sur la hanche
L’heure des fleurs fatales

Dans cette vaste cour
Sur un bâtiment blanc
Une croix est accolée
Qui pensera qu’un jour
Jésus y fut cloué ?

Le clocher sonne la demie
Coursé par un garçon
Un lourd pigeon s’envole
Un homme sous parasol
Serein boit son demi

La place s’emplit de passants
La page de caractères
Plus rien n’est solitaire
Ni place ni page passagère

Illustration
La place de la Constitution. Teguise (Lanzarote)

Photo PN
Bon dimanche! bonne semaine!
Et à dimanche prochain pour une méditation!
Isla Graciosa. IP 136
(le 2019-02-24 à 07:00)

Voila l'un des ilôts mineurs de l'archipel des Canaries, tel qu'on le voit d'un belvédère de Lanzarote. Ce poème en est une personnification.

Isla Graciosa s’étend là
De toute sa langueur
Sur son lit bleu sous les cieux

Au soleil elle s’y repose
Fermant les yeux

Sur le divan des flots
Au vent alizé
Au destin prophétisé

Le Sculpteur Suprême a osé
Ce nu posé
De peau ocre et bronzée

Et sa Terre génitrice
L’a signé en son sein
D’un cratère-ombilic

Un port blanc à son côté
Semblerait une parure

Mais est blessure
D’un peuple d’infidèles
Et d’un prêtre invisible

Offrant Isla en sacrifice
Sur l’autel des flots

Illustration
Photo aérienne avant l'atterrissage. Isla est imaginée allongée, la tête à gauche les bras levés et les jambes à droite..

PHOTO AMN
Bon dimanche, bonne semaine! Avant une dernière halte à Lanzarote.
La montagne de feu. IP 135
(le 2019-02-17 à 07:00)

Un concours de circonstances vient de me conduire aux Canaries, sept îles espagnole situées dans l’Atlantique à 130 km au large des côtes marocaines .D’origine volcaniques, Lanzarote notamment porte les traces impressionnantes de la dernière éruption de 1824, inspirant ce poème « libre ».

Le cratère cracha grondant
La lave se pétrifia d’effroi

Rocs et cailloux en chaos
Noirs déchirements en vrac

Et des pluies de cendres
Pour des Mercredis des Cendres sans fin
La terre entre en carême brûlant
Et prépare le désert

Le gravier noir de la cendre
S’étend lointainement
Sur la terre et les hommes
Pénitents blancs

Le cratère cracheur de feu
Incendia la nuit
De ses torrents d’enfer
La lave se tordit de douleurs

Rouges de colère noires de peur
Couleuvres pétrifiées

PNMA

Illustration
Champ de lave à Lanzarote (Îles Canaries)

PHOTO AMN
Bonne semaine et à dimanche prochain pour une autre excursion dans ces îles!
D'un ciel à l'autre. IP 134
(le 2019-02-10 à 07:00)

Une louange à la Beauté de la Création et à son Auteur!

D’un ciel à l’autre


Dans leur ciel immergées
Les étoiles se taisent
Les couleurs orangées
Font deviner la braise

Alors subitement
Surgit à l’horizon
Un point incandescent
D’une inconnue raison

Demi-lune vermeille
Il gonfle en un soleil
Une pleine merveille
En son simple appareil

Et il monte vaillant
Au midi qui rayonne
Du haut du firmament
Douze fois il claironne

Puis il descend prudent
Pour terminer son tour
Majestueusement
A servi tout le jour

Dieu Râ du roi Amon*
Il quitte alors nos aires
Passant derrière un mont
Pour aimer d’autres terres

Et au ciel orangé
Succèdent alors sans bruit
Dans l’infini verger
Les fruits blancs de la nuit

PNMA

Illustration

Photo PNMA
Attention dimanche prochain le poème ne sera diffusé que le soir!
Bon dimanche, belle semaine!
La Sainte Rencontre, Chandeleur. Instant-Poésie 133
(le 2019-02-02 à 07:00)

En l'honneur de la Chandeleur fêtée le 2 février, voilà un mail anticipé. Donc quarante jours après Noël a lieu la Présentation de Jésus au Temple et la Purification de la Vierge pour les chrétiens d'Occident ou la Sainte Rencontre pour les chrétiens d'Orient. Nous célébrons cette fête avec des crêpes, forme et couleur du soleil, symbole du Christ et dans les églises par une procession aux chandelles (d'où la Chandeleur). Ces deux symboles de la lumière illustrent la prophétie de Syméon voyant en Jésus la "Lumière des Nations" (Luc 2,32).

La Sainte Rencontre

Le soleil éclate de joie
Au temple de Jérusalem
C’est l’heure où se croisent les voies
Des Saints d’Israël que Dieu aime

Voilà Anne la prophétesse
En joie dans ces vieilles années
Clamant partout en poétesse
Les grâces du nouveau-né

Et voilà Syméon aussi
Autre compagnon de l’Esprit
Sûr il reconnaît le Messie
Prenant le Bébé-de-la-Vie

Et le Tout-Puissant-Petit
Jésus bien sagement en rit
Présenté au monde ravi
Tendrement aux anges il sourit

Et Marie la Vierge accouchée
Venue pour être purifiée
Du Grand-prêtre s’est approchée
Sa vie à son fils sacrifiée

Et Joseph veilleur de l’enfant
Fait un pas sur une margelle
Sa foi et la Loi sanctifiant
Père il offre deux tourterelles

Qu’aussi de fins gâteaux tout ronds
Et des chandelles en procession
Chantent l’heure du Soleil blond
Du Christ-Lumière-des-Nations

PNMA

Illustration
De gauche à droite : Joseph, Anne,Marie, Jésus, Syméon.

Monastère de Sihistria (Maramuresh, Roumanie)
Belle fête et bonne semaine!
Un vol de goéland! Insant-poésie 132
(le 2019-01-27 à 07:00)

Un fabliau ...avant de chanter la chandeleur au prochain instant-poésie! !

Un vol de Goéland !

D’où vient-il où va-t-il
Et le sait-il lui-même
Au rythme volatile
Peut-être il se promène

Tanguer au gré des flots
Goéland va à l’eau
Même muer de peau
En mouton s’il le faut

Pour trouver compagnie
Inventant la pirouette
Ou songeant à un nid
Il cherche une cachette

Pour manger poisson frêle
D’un plongeon ingénieux
Il fait un tour de ses ailes
Pour ce mets délicieux

Puis l’oiseau de la faune
Se pose au réverbère
Gilet blanc pattes jaunes
Qui des hommes diffère…

Et de haut voit ces gens
Quantité de passants
Des fâchés des agents
Faisant bruits agaçants

Alors vers la mer vire
Le goéland révolté
Où il vole et respire
Un air de liberté

Illustration

PHOTO PNMA
Bonne semaine!
Et au week-end prochain
Si vous le voulez bien !
Le viaduc de Millau Instant-Poésie 130
(le 2019-01-20 à 07:00)

Encore un impromptu,
un lieu du XXIème siècle, l'un des plus beaux et plus exceptionnels de France.
« Temps » et « Hymnes » suivront.


Le viaduc de Millau

Un pont qui fait passer
En de grands paysages
Tant d’hommes et de pensées
Mérite juste hommage

Le Français* ingénia
L’œuvre tel un Cyclope
L’Anglais* l’imagina
Au gabarit d’Europe*

Entre ciel et cours d’eau
En sa courbe adoucie
Le viaduc de Millau
Épouse le pays

Haut par-dessus les prés
Comme sept longs voiliers
Proue à poupe liés
Il vogue sur vallée

A force d’acier blanc
Figurant l’atmosphère
Avec ses cent**haubans
Il navigue sur l’air

Maillon entre deux monts
Reliant les reliefs
Il fait métier de pont
Œuvre d’art et de chefs

Voilà génie de l’Homme
Et beauté de Nature
S’alliant en une somme
Merveille de culture

Illustration

Photo aérienne de PNMA

*L’ingénieur en chef est Michel Virlogneux et son architecte Lord Norman Foster
**En réalité 154
Le viaduc de Millau est un chef d’œuvre de tous les records : voir absolument www.leviaducdemillau.com .
Beau dimanche ! Belle semaine !
Versailles aux miroirs 130ème Instant-Poésie
(le 2019-01-13 à 06:00)

Chers amis
Par ces temps gris
Permettez cette badinerie
Et après la photo
Veillez aux autres mots
Je vous en remercie.

Versailles aux miroirs

C’était au grand Canal
Au parc de Versailles
Par ventôse hivernal
Où Zéphyr s’éventaille

Le ciel était venu
Jouer sur le plan d’eau
Comme Apollon mi-nu
Mirait sa fraîche peau

Zéphyr vint à la partie
Et au frisson de l’air
Le miroir se ternit
De la caresse austère

Puis il voit le château
La galerie des glaces
S’y glisse incognito
En une volte-face

Les cent lustres y oscillent
En dansant sur les glaces
Tout le grand parc vacille
Sur les lisses surfaces

Et prenant les miroirs
Pour la longue allée d’eau
Zéphyr en son mouvoir
Se heurte à ces carreaux

O miroirs de miroir
Faits de glaces et d’eau claire
Avec un envers noir
Vous offrez la lumière

PNMA

Illustration
Versailles, le grand canal. Janvier 2019

PHOTO AMN
Voilà donc le n°130. Deux ans et demi déjà !
C’est le moment d’un bilan et j’envisage des évolutions importantes pour l’Instant-Poésie. Un courrier postal est d’autant plus nécessaire que je dois améliorer la messagerie. Pour ceux dont je n’aurai pas l’ADRESSE POSTALE, merci de me la communiquer par le contact ci-dessous.
IP 129 Mercis du matin
(le 2019-01-06 à 07:00)

Merci à tous ceux qui m’ont déjà envoyé leurs vœux encourageants. Cette année les poèmes vont se poursuivre dans la ligne des trois thèmes de ces deux derniers mois : lieux, temps et hymnes. Et pour commencer l’année : le matin !

Le matin appelle notre merci
Le matin est merci
Merci à la vie

Le matin est multiple merci
Merci de la Terre à la Lumière
Qui point

Merci à son Dieu
De l’immense Créé
Qui chaque matin renaît

Merci du cœur
Qui ce matin encore
Bat tout insonore

Merci de la rose qui éclot
Au soleil caressant
Et à la tendre rosée d’eau

Illustration
Lever de soleil en Polynésie

Photo PNMA
A la suite d’un décalage technique de l’Instant-Poésie du 30 janvier, certains n’ont peut-être pas reçu mes vœux en « néo-sonnet » du 30 décembre. Ils les retrouveront sur www.instant-poesie.fr.
Encore tout le meilleur possible pour cette année ! Et bonne semaine !
Pour recevoir régulièrement « l’Instant-Poésie » merci d’inscrire votre adresse ci-dessous
Patrick Naudin Mac-Auliffe, né le 6 juin 1947 à Niort (Deux-Sèvres),a vécu sa jeunesse à Nice. Marié, et père de trois enfants, il a mené une carrière de responsable de formation et de relations humaines). PNMA a publié successivement : « Quand riment les couleurs », « Traces en Terre de Dieu : méditations illustrées en Israël/Palestine » et « Vingt Mystères de Dieu ». Le premier et le troisième ouvrage, illustrés par le photographe Claude Turlan ont donné lieu à plusieurs expositions : à Paris et en Province.

Site hébergé par OVH, 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.
Réalisation celul sas
Contact éditorial : Patrick Naudin